Le bouton LIKE interdit en Allemagne





L’Allemagne a une longue tradition de lois pour protéger la vie privée de ses citoyens. Les propriétaires de maisons, par exemple, peuvent demander à Google de pixelliser leurs maisons dans Google Street View (peut-être afin que leurs nains de jardin restent incognito?). La fonction de reconnaissance faciale de Facebook a également essuyé des tirs dans les dernières semaines.
Thilo Weichert, le chef du Centre indépendant pour la protection de confidentialité de l’état du nord allemand de Schleswig-Holstein, affirme que les sites Internet qui utilisent le bouton LIKE envoyent des données à Facebook, qui à son tour les utilise illégalement pour créer un profil de ses utilisateurs et de leurs habitudes sur le web.

Weichert soutient que les données de n’importe quel utilisateur qui clique sur le bouton LIKE – y compris ceux qui ne sont pas des utilisateurs de Facebook (ce qui semble être le nœud du problème pour Weichert) – sont immédiatement transmises à un serveur aux Etats-Unis. Weichert dit que son souci est que «Facebook peut suivre chaque clic sur un site, combien de temps on reste sur le site et ce qui nous intéresse »

Selon lui, Facebook utilise ces données pour créer un profil personnalisé. Un tel profilage enfreint la loi allemande et européenne de protection des données. Il n’y a pas suffisamment d’information donnée aux utilisateurs et il n’y a pas de choix; le libellé dans les conditions d’utilisation et les déclarations de confidentialité de Facebook ne répond pas aux exigences légales pour le respect du préavis légal, le consentement et la confidentialité des conditions générales d’utilisation « .

Selon l’Associated Press, Weichert prévient les utilisateurs «d’éviter de cliquer sur les plug-ins sociaux» et «de ne pas avoir un compte Facebook » pour éviter d’être profilé.

Facebook, bien sûr, rejette les allégations de Weichert et fait valoir que son exploitation suit les lois de protection de confidentialité.

50000 euros d’amende

Weichert n’est pas réellement prêt à poursuivre Facebook parce qu’il est en dehors de sa juridiction. Son agence, cependant, menace de poursuivre les propriétaires de sites qui continuent à mettre en œuvre le bouton LIKE sur leurs sites avec une amende pouvant aller jusqu’à 50.000 euros. Les propriétaires de site ont jusqu’à la fin de Septembre pour supprimer le bouton LIKE de leurs sites.





Tags: , ,

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

Si vous avez apprécié cet article, s’il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire
ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Laisser un Message