Renault chinoiseries à la ruche





Si vous avez suivi l’affaire d’espionnage chez Renault sur mon précédent article, voici qu’elle fait « pschitt », comme un pneu qui se dégonfle, aujourd’hui.
Jean-Claude Marin le procureur de Paris, au cours d’une conférence de presse a expliqué que l’enquête menée en collaboration avec la Suisse et le Lichtenstein avait permis d’établir rapidement que les cadres licenciés ne disposaient pas de comptes à l’étranger.
Renault a exprimé ses « vifs regrets » aux trois cadres mis en cause à tort par le groupe automobile dans une affaire d’espionnage présumé. Des excuses assorties d’un engagement du PDG Carlos Ghosn et du directeur général délégué Patrick Pélata « à ce que réparation soit apportée aux trois cadres concernés et que leur honneur soit restauré aux yeux de tous, en tenant compte du grave préjudice humain qu’eux et leur famille ont subi » et présentées dans un communiqué publié à l’issue d’une conférence du procureur de Paris enterrant définitivement la thèse de l’espionnage industriel jusqu’alors défendue par le constructeur.
L’enquête s’oriente cette fois-ci sur une affaire d’escroquerie au sein du Groupe.
En attendant les suites de cette affaire assez rocambolesque, personne n’a pour l’instant penser à présenter ses excuses au Chinois.





Tags: ,

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

Si vous avez apprécié cet article, s’il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire
ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Une Réponse pour “Renault chinoiseries à la ruche”

  1. DOUILLON dit :

    Le PDG de Renault doit il démissionner pour éviter une panne « décence » ?

    Autre clin d’oeil satirique sur : http://douillon.canalblog.com/

    Bons Sourires

    JEAN PATRICK

Laisser un Message